• Chapitre1

    Chapitre1

    Chapitre 1

    Roulé en boule, coincé dans un coin sombre de la pouponnière, où, un pelage corbeau s'imcorperait parfaitement à l'obscurité, deux yeux rouge sang scrutaient deux boules de poils, qui se chamaillaient un morceau de mousses. Une lueur d'infinie d'ennui dans son iris hors norme, la tête posée sur ses pattes, le jeune chat suivait le moindre mouvement de ses confrère, comme si il était en chasse. Le centre des rires roula sur le côté, à environ 3 longueurs de queue.

    "Il faut qu'elle lui passe sous le ventre pour le déstabiliser, et lui il faut qu'il se dépêche sinon..."

    La petite femelle fauve glissa sous son frère avec maladresse, le reversant sur son flanc gris foncé, stryé de noir. Sa sœur se jeta sur la boule de mousse, envoyant de petit coups dedans, tentant de narguer son frère. Depuis sa tanière,  un fin sourire s'afficha sur le visage du jeune matou qui ronronna:

    "Je te l'avais dit.

    Il se rendit compte qu'il venait de dire ça à haute voix lorsque, une voix douce demanda:

    -Qu'à tu dis à qui?"

    Il se leva et courus jusqu'à sa mère, se blottit dans sa fourrure qui avait perdue du volume depuis l'apparition de la saison des feuilles verte, mais son pelage restait vaporeux et doux. Une superbe odeur de végétation montagneuse embaumait la jolie guerrière. Si seulement il pouvait sentir la même chose! Lui n'avait que les effluves lourde du lait et de ses précédent repas, il ne puait pas, mais la force et la légèreté de la nature l'attendait et l'appelait, il n'avait qu'une envie...la rejoindre. Puis il se rappela de ce matin, sa mère avait dut partir très tôt pour la patrouille du lever, le jeune mâle se retira de la fourrure de sa mère, jeta un coup d'œil derrière elle, regardant l'entrée de la grotte où, la découpe des forêts de sapin et des montagne environnante se détachait du bleu du ciel, le soleil brillait, mais pas à son zénith, et la patrouille n'était pas toute rentrée! Le poil de Petit maléfice s'hérissa et il demanda aussitôt inspectant le pelage écaille de sa mère avec anxiété:

    "On vous a attaquez?!

     Cette dernière ronronna, attendrie par la remarque de son fils. Elle lui donna un grand coup de langue affectueux, et le toisa de ses iris pinède elle répondit calmement:

    -Pas du tout! Nous avons juste vue Duvet rougeoyant et Duvet ébouriffé s'aventurer dans les montagnes, donc j'ai crus que tu étais avec eux.

    Petit maléfice se frotta contre son poitrail et ronronna:

    -Eh bah, non je suis resté au camp.

    Le jeune mâle savait que, en quelques sorte, sa mère aurait voulus qu'il soit avec eux. Il n'avait pas vraiment d'amis et seul les deux jeunes apprentis l'acceptait, il disait souvent:

    "Pourquoi on te rejeterait? Tu n'as jamais voulus avoir des yeux rouges, et puis qu'est ce que sa peut faire?"

    Le matou était reconnaissant des efforts de ses amis, mais il savait que jamais ils l'emmèneraient en expédition avec eux, malheureusement la tribu angélique était très superticieuse et très pieux. Qui voudrait partir en montagne avec la malchance même? Heureusement pas tout le monde était comme ça, sa mère et son oncle l'évitait pas et disaient:

    "Bien sûr, que tu pourras venir avec moi mais que si le sacré te nomine soigneur."

    Petit maléfice haïssait le meneur, ce dernier faisait tout ce qu'il pouvait pour repousser sa nomination, le jeune mâle avait déjà 7 lune et il commençait à perdre patience. Déjà qu'il avait fait une croix sur son dessein d'être un plumes, il fallait qu'on le fasse patienter? Si il avait dut remettre en cause ses projets, c'était pour l'unique raison que personne ne voulait le prendre comme duvet, le jeune chat fulmina dans sa tête:

    "Et maintenant que l'on m'accepte, il faut qu'on tente de m'arrêter! Je respecte le code dans tout ce que je fait! Pourquoi il me déteste! Et puis crotte! C'est pas à lui de décider mais à la tribu céleste"

    La voix douce de sa mère le tira de ses pensée:

    "Petit maléfice, Petit maléfice! ça va?

    Ce dernier mit quelques secondes pour se rappeler où il était, et finit par acquiescer en bégayant:

    -Je...je vais voir Duvet ébouriffé et Duvet rougeoyant.

    Sa mère lui donna un dernier coup de langue, qu'il rendit et se dirigea vers la sortie.

     

    Voilà le chapitre1! J'espère qu'il vous aura plu, n'hésitez pas pour les commentaire et les critique tant qu'elle son constructive et expliqué.Excusez moi de mon absence.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :